logopp1
Sociologie - Essais

le_cure_couv

Bernard Crettaz
Le curé, le promoteur, la vache, la femme et le président :
que reste-t-il de notre procession?
essai en cinq actes et trois intermèdes
ISBN 978-2-940327-19-5
Oct. 2008 (16 x 20 cm - reliure au fil - 176 p.) - CHF 40.00
épuisé

Anniviers signifierait chemins ou travaux de l’année, voire l’année sur les chemins. Son nomadisme pastoral, de la montagne à la ville, est fondé sur l’économie aussi bien que sur le mythe indigène du paradis perdu : la condition humaine consiste, pour les vivants et les morts, en une incessante marche jusqu’à la libération finale. La forme la plus accomplie de ce déménagement continuel est la procession.
Par le mythe citadin et importé du paradis retrouvé, la montagne est entrée dans la société suisse et touristique : nous, montagnards, nous nous sommes sédentarisés. Mais le curé, le promoteur, la vache, la femme et le président ont gardé pour nous, à leur manière, les secrets du chemin, et redéfini la voie anniviarde.
Alors que les Alpes sont l’otage d’un marché mondialisé se pose la question de notre résistance culturelle. Comme grand chantier du 21e siècle, Anniviers pourrait ouvrir un chemin de procession, de la plaine jusqu’au-delà des cols d’où nous est venue une civilisation métisse. Nous trouverions ainsi la synthèse entre une nouvelle modernité de mouvement, d’environnement, et la mémoire de notre mythe fondateur. Revenons à nos sources païennes et chrétiennes : la procession sera un nouvel art de vivre et de mourir pour marcher, prier, boire et manger – entre le sacré, le rire et la farce.

Sociologue, ancien conservateur au Musée d'ethnographie de Genève et chargé de cours à l'Université, Bernard Crettaz se consacre à différentes recherches. Après cet ouvrage sur le mythe et la modernité d'Anniviers, il prépare un livre sur la mémoire religieuse de la montagne.

 

 

planning_couv_def

sous la responsabilité de dorette Fert
désirs, réalités… le choix ?
au cœur du Planning familial de Genève, 1965-2005

ISBN 978-2-940327-15-7
2006 (Format: 10,5 x 14,5 cm - 208 p.) – CHF 31.00

en coédition
hug, Affaires culturelles
www.art-hug.ch

Le Planning familial (pf) de Genève a quarante ans. Pour cette occasion, ses responsables avaient imaginé un événement original visant une information à la population sur les demandes nouvelles des usagers du pf et l’offre des professionnels. L’opération « Un tramway nommé désir » consistait en une sortie à travers les rues de Genève. Hélas ! le projet recoupait d’autres célébrations de l’Hôpital universitaire genevois et il n’a pu être réalisé. Que faire, dès lors, du vaste travail accompli pour préparer cet événement ? L’équipe du pf eut l’idée d’un livre qu’elle assumerait elle-même. Ce livre contiendrait la mémoire, le vécu d’aujourd’hui et le futur possible de l’institution. On y entendrait l’écho du désir dans ses expressions inédites. On verrait s’exprimer les formes d’un tout nouveau désordre amoureux. On pourrait prendre acte de la multiculturalité genevoise jusque dans les domaines les plus intimes. On saisirait mieux la condition sexuelle des jeunes, entre chances et drames. On comprendrait les critères actuels dans les questions difficiles et toujours urgentes du choix de l’enfant.

Ce livre, le voici ! Entre analyse rigoureuse et témoignage sur le brûlant quotidien du pf, l’équipe de professionnels tient à faire passer deux messages. Le premier, adressé aux pouvoirs institutionnels, réclame bien modestement une place originale pour le pf : entre marge et centralité, entre polyvalence des fonctions et spécialisation des savoirs, entre prise en charge exigeante et refus d’un contrôle tatillon des usagers. Le second message délivre une philosophie contenue dans le titre même de l’ouvrage : le désir voudrait tout, tout de suite, sans contrainte, sans limites. Mais ce désir est sans cesse confronté aux dures réalités de toutes sortes. De cette confrontation naissent, infimes ou immenses, les possibilités de choix responsables que l’équipe du pf entend partager avec celles et ceux qu’elle accueille en ces lieux genevois bien particuliers du 47, boulevard de la Cluse.

Extraits – en filigrane
« En matière de planning familial, l’information n’implique pas seulement de donner des conseils techniques, mais aussi d’aborder les questions relatives à la sexualité, aux rapports humains, aux aspects psychologiques et sociaux de la vie en commun. » (Conseil de l’Europe, 1978)
« La fécondité n’est pas seulement une contrainte, mais aussi un privilège, qui peut devenir un pouvoir. » (Evelyne Sullerot, Le Fait féminin)
« Chaque époque questionne différemment le lien subtil entre sexualité et procréation, entre aspirations individuelles et sociales. » (Willy Pasini)
« Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles, il ne pourrait voguer. » (Voltaire)
« La liberté, c’est de choisir ses contraintes. » (Jean-Louis Barrault)

 

pouvoir

Bernard Crettaz
LE POUVOIR HORS CHAMP
Comment Laurent Moutinot peut-il être conseiller d’Etat ?

Lettres de Zinal II
ISBN 978-2-940327-10-2
2005 (Format: 10,5 x 14,5 cm - 168 p.) – CHF 26.00

Découvrir un livre sur soi est un exercice extraordinaire :
il vous renvoie à vous-même,
vous oblige à une remise en question salutaire.
Le portrait dressé ici me permet de replonger dans mes racines,
et me conforte dans les combats que je mène.
Laurent Moutinot (postface)

Je cherchais à esquisser, modestement,
le portrait d’une personnalité politique.
Avec Laurent Moutinot ce fut particulièrement difficile,
car il a une façon étonnante d’exercer le pouvoir :
en deçà de toute visibilité,
visant une esthétique de la disparition.

Bernard Crettaz, Zinal, 2005

 

vallesia  vallesia_all

François Dayer, Philippe Bender, Bernard Crettaz, Luzius Theler
VALLESIA SUPERIOR AC INFERIOIR
Propos sur un pays inachevé / Gedanken zu einem unvollendeten Land

ISBN 978-2-940327-14-0
2006 (Format: 10,5 x 14,5 cm - 164 p. – bilingue fr.-all.) – CHF 27.00

UNITE ET IDENTITE DU VALAIS
Séminaire du 3 décembre 2005, Château Mercier
Notes de discussion

 

 

parler mort

Bernard Crettaz
vous parler de la mort
Lettres de Zinal I
ISBN 978-2-940327-07-2
 2003 (Format: 10,5 x 14,5 cm - 112 p.)
épuisé

Ecoute plus souvent
les choses que les êtres (…)
Ceux qui sont morts ne sont jamais partis,
ils sont dans l’ombre qui s’éclaire
et dans l’ombre qui s’épaissit,
les morts ne sont pas sous la terre :
ils sont dans l’arbre qui frémit,
ils sont dans le bois qui gémit,
ils sont dans l’eau qui coule,
ils sont dans l’eau qui dort,
ils sont dans la cave, ils sont dans la foule :
les morts ne sont pas morts.
Birago Diop, Sénégal, 1947

… et moi, dans ma quête d’identité face à la mort, j’aimerais être pleinement occidental et,
par-delà les cols, rejoindre les grandes cultures d’Afrique et d’Asie.

Bernard Crettaz, Zinal, 2003
épuisé

[Accueil] [News] [Edition] [Contacts] [Commandes]

© 2005 Porte-Plumes, Ayer -Espace Info Sàrl, Vissoie 18.06.2012